L’heure de l’optimisation pour la filière thé en Afrique.

L’heure de l’optimisation pour la filière thé en Afrique.

Le marché mondial du thé est l’une des activités ayant réussi à tirer son épingle du jeu en période de pandémie. Malgré la propagation de la Covid-19, demande ne cesse de croître. En Afrique, le Kenya enregistre une bonne recette de l’exportation du thé, à hauteur de 1.09 Milliard de dollars (120 Milliards de shillings en 2020). Du côté de la Tanzanie, l’offre prévoit une culture optimiste pour la compagne de 2020/2021 avec 40 000 tonnes. En 2021, le commerce de thé affiche une belle opportunité.

Une forte demande, une grande offre.

Le thé est se place au rang de la deuxième position la plus bue au monde après l’eau. Le marché du thé possède une énorme demande potentielle. Le commerce prêt à boire du thé reprend sa trajectoire croissante sous forme « V » en 2021. Après avoir décliné vers bas suite à la pandémie, les industries du thé prêt à boire vont augmenter leur appel d’offres sur le marché mondial. Les consommations globales de la matière première prennent une grande ampleur.

Du point de vue des producteurs, la filière thé se présente comme la principale ressource des pays africains. Pour le Kenya, principal exportateur mondial, elle représente une grande part dans l’économie globale du pays. L’exportation du thé génère une portion dans la recette globale. En 2020, le revenu du secteur a atteint 1.09 Milliard de dollars, soit 120 Milliards de shillings. Cette valeur est engendrée par la hausse des volumes expédiés sur les échanges commerciaux avec les extérieurs. Le premier producteur africain stocke 518 900 tonnes contre 496 800 tonnes en 2019. Le Kenya améliore la quantité exportée sur le marché international avec un taux de 4%.

Pour la Tanzanie, le thé figure parmi les activités agricoles de rentes en parallèle du café, du sucre et de la noix de cajou. Le quatrième producteur du continent africain derrière le Kenya, l’Ouganda et la Malawi prévoit une belle campagne 2020/2021, soit une récolte de 40 00 tonnes de la feuille sur plus de 23 000 hectares. La culture de thé devrait enregistrer une hausse de 43% par rapport à la saison 2019/2020 avec 28 000 tonnes.

En Afrique, une belle saison s’annonce pour les pays producteurs. Une forte demande, un chiffre prometteur des caisses de la Nation engendre une grande motivation des Etats exploitants.

Le Pakistan est à la tête de la liste des principaux débouchés sur le marché international. Suivi par la Russie, l’Egypte, le Soudan, le Royaume-Uni, le Nigeria et le Yémen.

Ny Fenitra S.M

Crédit Photo : © Le Point

Partager avec:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *