Le tourisme contribue à 10% du PIB de Madagascar

Le tourisme contribue à 10% du PIB de Madagascar

Si l’économie mondiale a augmenté de 2,5% en 2019 l’industrie du voyage et du tourisme a  nettement crû de plus de 3,5%. Cependant, le tourisme n’a pas été épargné par la crise sanitaire mondiale, si bien même que son apport sur la croissance à l’économie du pays a connu une baisse. A Madagascar, voici le topo de la situation, des chiffres sur les faits saillants.

 Le secteur du tourisme a contribué à hauteur de 11, 9% en 2019 contre 10% en 2020 soit 1. 675.000 millions de dollars américains selon les résultats de la rechercheannuelle publiée par le forum de l’industrie du voyage et du tourisme(WTTC) en juin 2020.

Rien qu’à elle seule, l’industrie touristique a généré 752. 900 emplois soit un nouvel emploi sur quatre, ce qui représente 12, 2% du marché de l’emploi au pays. En 2020, son taux de croissance était de 3, 5 % contre 7, 9% en 2019. 

Les dépensiers en termes de loisirs concernent 94% de sa clientèle contre 6% qui partent uniquement en voyage d’affaires. 

En termes de destinations, 24% des touristes au sein de la grande île proviennent de la France, de la Réunion 8%, de l’Italie 6%, de l’île Maurice 2% et des Etats Unis d’Amérique (2%). 

Les touristes préfèrent quitter le sol malgache pour rejoindre la France (52%), puis la Chine (12%), Maurice (12%), le Koweït (3%)et enfin l’Afrique du Sud (2%). 

A Madagascar, le tourisme touche 44000 emplois directs et plus de 300.000 emplois indirects. A la fin de l’année 2020, plus de 38000 employés ont été mis directement au chômage technique, répartis dans plus de 600 entreprises. Selon la confédération du tourisme de Madagascar (CTM) le secteur a cumulé une perte d’environ 500 millions de dollars américains. A rappeler qu’en 2019 le pays a enregistré plus de 380.000 touristes non- résidents.  

La promotion du tourisme local, comme clé de la relance

Pour faire face à la crise sanitaire, le ministère du transport, du tourisme et de la météorologie de Madagascar (MTTM) a mis au point au cours de 2020 un plan national de relance. Le tourisme local étant une option à très fortes potentialités et que les deux évènements tenus pour sa promotion ont prouvé. Le dernier s’agit de la seconde édition du « Tsenaben’ny Fizahan-tany » (salon du tourisme national) que le MTTM a organisé les 10, 11 et 12 mars dernier qui a accueilli plus de 2500 visiteurs,  

A part cela Madagascar a ouvert ses frontières partiellement aux îles voisines selon les informations de l’office nationale du tourisme (ONTM). Afin de préparer la relance du secteur à l’international, l’office a marqué ses coups de pierre en adoptant la « staycation » dont le principe consiste à travailler en voyageant et le « workation » ou faire de son lieu de voyage un lieu de travail, de nouvelles tendances de voyage dans le monde actuellement. Cette entité de promotion du secteur a également défini des « produits de séjour » valables pour toute l’année pour adapter les offres aux tendances actuelles. 

Nosy be, l’incontournable île touristique 

Avec ses paysages d’eau turquoise à perte de vue, Nosy Be figure parmi les destinations les plus touristiques de Madagascar. C’est dans ce sens que le tourisme et l’île aux parfums vont de pair dans leur évolution. Rien qu’à elle seule Nosy be abrite plusieurs petites îles très célèbres avec leurs plages : Sakatia, Iranja, Tanikely, Komba et d’autres archipels, de véritables sites touristiques internationales dignes de ce nom. Cette île particulièrement prisée par les étrangers et les amoureux de croisière que le tourisme y constitue la première activité source de revenue pour la population locale : les dernières statistiques ont affiché 2672 chambres d’hôtel et 201 établissements d’hébergement en 2018. Il a généré 5377 emplois directs au sein de l’île touristique. Cela prouve le véritable développement du secteur si plus de 15 années auparavant les données officielles ont n’ont enregistré que le quart de cette statistique. 

De graines à prendre de nos paires africaines

Avec une contribution totale de 168,5 milliards USD au PIB du continent africain, ce taux de croissance de l’industrie touristique représente 2,2% soit environ 24.000.000 comme contribution totale au marché de l’emploi. La première place revient à l’Egypte avec 29,5 milliards USD puis arrive l’Afrique du Sud : 24, 6 milliards puis le Nigéria avec 18,1 milliards USD. LaTunisie a remporté grâce au tourisme et au voyage sa place de pays africain le plus rapide et sixième dans le monde. Avec une contribution à hauteur de 12, 9% en 2019, le WTTC a déclaré que le gouvernement tunisien a su déployer les efforts pour améliorer la sécurité dans les sites touristiques populaires et leur capacité à répondre rapidement à toutes menaces. AuKenya également où le tourisme croit fortement, le gouvernement fait tout pour améliorer la connectivité et prioriser le secteur en attirant l’investissement privé dans les projets liés au tourisme.

Par Holitiana Randria.

Partager avec:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *