Centrafrique : les PPN se font rares

Centrafrique : les PPN se font rares

Le prix des produits utiles aux quotidiens en Centrafrique a augmenté chez certains commerçants. Le riz a connu une hausse de 140%, le poulet importé de 73% et l’huile de palme de 44%. Cette tendance haussière fait suite à la fermeture des grands corridors en approvisionnement de la capitale.

Quelques vendeurs en tirent profit pour faire plus de marges possibles

L’Institut centrafricain des statistiques et des études économiques et sociales (ICASEES) appuyé par la Banque Mondiale observe de près cette hausse inhabituelle des prix. D’après Mélanie, une vendeuse de légumes au marché central de Bangui, l’enclavement ainsi que la distance des zones de production se jouent sur le prix des produits.

Les consommateurs en pâtissent sur le montant des denrées alimentaires. Une cliente du marché est horrifiée par le prix du poulet. Elle a affirmé que le prix était de 3 500 CFA avant. En quelques semaines, il est monté à 4 500 CFA. Un lot d’oignons de 5 pièces coûte dans les 5 000 CFA (9 dollars). Avant, il était vendu à 500 CFA.

En plus, il y a l’insécurité routière avec l’affrontements entre opposants sur les principales routes du pays. Pour les gens, c’est un calvaire total quand vient le moment d’aller au marché. La pénurie des produits renfloue le prix qui est déjà très difficile à vivre pour la population.

MamP’s

© Crédit Photos : E-monsite

0
Partager avec:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *