L’Afrique : une grande réserve du lithium

L’Afrique : une grande réserve du lithium

D’ici 2030, la demande mondiale de lithium devrait augmenter pour atteindre 2 millions de tonnes suite au développement du secteur d’automobile électrique en particulier la Chine. Le marché chinois enregistre une augmentation de prix du lithium avec un taux d’inflation de 88% durant le premier trimestre de l’année 2021. Le Zimbabwe est le seul pays de l’Afrique en activité dans l’exploitation du lithium. La RD Congo et le Mali projettent une belle vision de la production de la filière. L’offre africaine sur le marché mondial sera en croissance dans les prochaines années. L’opportunité dans l’exploitation du lithium est devant le continent noir.

La demande chinoise avec un prix élevé

La demande de lithium progresse de manière forte, principalement en Chine. Cette dernière contrôle 60% de l’exploitation mondiale de traitement et de raffinage de la filière. Cette croissance est due au développement exponentiel des nouvelles technologiques comme la production des batteries utilisée pour l’automobile électrique. Le lithium est devenu une matière première rare, aussi précieuse que l’or dans quelques années. Entre 2016 et 2018, le prix de la tonne d’hydroxyde de lithium a atteint plus de 10 000 dollars.  

En Chine, le prix du carbonate de lithium a haussé de 88% depuis janvier. En mi-mars, il atteint 12 600 à 13 400 dollars la tonne. Depuis le mois d’Août 2018, ce niveau de prix est de nouveau atteint sur le marché chinois. Mais le prix moyen de l’hydroxyde de lithium est avec un taux d’accroissement annuel de 20%.   

Les futurs grands noms du secteur du lithium en Afrique.

La part de l’Afrique sur le marché mondial de lithium est encore faible vu que le continent noir est encore moins exploité. Mais d’ici, la tendance pourrait en mode contraire. Quatre pays ont à jusqu’a maintenant exploré de la filière en Afrique, notamment la RD Congo, le Mali, le Zimbabwe, et la Namibie.

Le Zimbabwe est le seul pays africain producteur de lithium. Le pays s’est hissé à la 5e  place du classement mondial. D’après les données de Statista, la production annuelle de la filière est de 1 600 tonnes en 2019 contre 1 200 tonnes. Le champ de mine zimbabwéen dispose 10.8 millions de tonnes de ressources avec 1.4% de lithium ou environ 150 000 tonnes. La durée de vie de l’exploitation est de 15 ans.

La RDC, un pays connu sur ses réserves de cobalt et cuivre, a été conformée au lithium de Manono en Janvier 2021 sur la qualité exigée par la fabrication de batterie électrique. Le champ de mine possède une réserve de minerai de 44.5 millions de tonnes dans la catégorie « prouvée» et pour celle de la probabilité est de 48.5 millions de tonnes. D’après ces statistiques, la Congo a une capacité considérable dans la production de lithium. Selon les études de faisabilité de la compagnie « AVZ Minerals », le territoire est estimé avec une exploitation annuelle de 700 000 tonnes de concentré de spodumène et 45 375 tonnes de sulfate de lithium avec une durée de vie de la mine de 20 ans.

Après la RDC, le Mali est exploite également le lithium avec le projet Goulamina à part les grands gisements d’or. Selon les études de faisabilité de la compagnie « Mali Lithium Limited », le Goulamina totalise une réserve minière de 108.51 millions de tonnes avec 1.57 tonne d’oxyde de lithium. Il peut enregistrer une production annuelle de 436 000 tonnes de concentré de lithium pendant une période minimum de 23 ans. Quant à la Namibie avec le projet Karibib prévoit une production annuelle de 4 900 tonnes d’hydroxyde de lithium. Le champ de mine est exploitable durant 14 ans.

Au Ghana, le projet Ewoyaa estime une production annuelle de 295 00 tonnes de concentré de spodumène titrant 6% d’oxyde de lithium.  

Ny Fenitra S.M

Crédit Photo : NS Energy

0
Partager avec:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *