Namibie: débouchés commerciaux dans les produits de beauté chinois!

Namibie: débouchés commerciaux dans les produits de beauté chinois!

Un bon nombre de jeunes namibiens gagnent désormais leur vie grâce aux produits de beauté et de mode chinois importés, très demandés malgré la COVID-19. Malgré la lenteur des affaires, le secteur est devenu une source de revenus considérable pour la plupart d’entre eux.

En effet, bien que cette industrie ne soit pas aussi lucrative en termes de revenus que les emplois qu’ils ont perdus pendant la pandémie de la COVID-19, les gains sont suffisants pour mettre de la nourriture sur la table et garder les lumières allumées à la maison.

Elia Amoomo, l’un des Namibiens qui s’est aventuré à plein temps dans l’industrie pour trouver une source de revenus pour lui-même, a déclaré que bien que les affaires soient lentes, il a été en mesure de stabiliser sa situation dans des conditions difficiles.

« Je suis coiffeur à plein temps, mais j’importe également de Chine différents produits capillaires et vêtements pour les vendre. Au cours d’un bon mois, je peux gagner jusqu’à 10 000 dollars namibiens (685 dollars américains), à la fois grâce à mon salon de coiffure et à la vente de mes produits capillaires importés », a-t-il déclaré.

Pendant la pandémie, il a dû faire preuve de créativité pour trouver des moyens de maintenir son activité. Le jeune namibien a alors commencé à faire des visites à domicile pour ses clients réguliers qui avaient besoin de coupes de cheveux. Il a alors constaté qu’il y avait une forte demande pour les produits de beauté et les produits capillaires importés. Cette observation l’a amené à ajouter cette activité à ses affaires.

« C’est assez lucratif, à condition d’être prudent avec l’argent », a-t-il ajouté.

Clemencia Shiwedha, grâce à l’importation d’articles de mode, de produits de beauté et de produits capillaires de Chine, a depuis créé sa propre boutique à Windhoek. Elle a déclaré que les affaires sont étonnamment florissantes malgré la situation économique difficile ressentie par beaucoup.

Elle envisage maintenant de quitter son emploi d’enseignante dans une école primaire pour gérer sa boutique et créer des emplois pour d’autres jeunes Namibiens.

« L’idée derrière ma boutique est de faire en sorte que la plupart de mes clients aient leur propre type de vêtements qui ne sont pas portés par beaucoup de gens. La boutique est spécialisée dans la fourniture d’une mode rare, allant des vêtements aux produits capillaires importés de Chine et de Dubaï », explique-t-elle.

Les droits d’importation très élevés rendaient la situation difficile auparavant. Désormais, ils sont plusieurs à importer, ils mettent leurs ressources en commun afin d’importer en une seule fois et mieux gérer les frais d’expédition.

En Afrique, le marché des cosmétiques est en plein boom, malgré la pandémie de la Covid-19. Les produits chinois sont particulièrement prisés.  Les grands groupes cosmétiques chinois comme Longrich l’ont compris. Désormais, il n’hésite pas à racheter des marques locales pour accélérer sa pénétration sur le continent africain.

Tianah.R

Crédits photo : access

0
Partager avec:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *